Que ce soit du côté de l’annonceur ou du surfeur, le concept de géolocalisation, ou de partage de données dans son sens le plus large, malgré sa pertinence, peut parfois inquiéter...

Publicité locale

Grâce au Big Data, la tendance est aujourd’hui à l’hyper personnalisation des offres vers le consommateur. La masse de données collectées à son sujet, au fur et à mesure de sa navigation, représente aujourd’hui un réel avantage concurrentiel pour l’annonceursi elle est mise à profit par l’entreprise pour mieux répondre à ses clients. Un consommateur, exposé par exemple à des publicités qu’il juge pertinentes, a 4 fois plus de chances de mettre en place une ou plusieurs actions vers la marque*.

L’exploitation des données personnelles a aussi des avantages certains pour les consommateurs, notamment un meilleur ciblage des produits et services proposés. La majorité des internautes a d’ailleurs bien compris le principe et partage sa navigation avec les éditeurs, pour recevoir une publicité plus pertinente, telle que l’offre de proximité pour 67% d’entre eux ; nous rappelle l’étude sur la pertinence de la publicité digitale, menée aux Etats-Unis et en Europe. L’utilisateur final apprécie que les marques leur fassent des suggestions, et même finalement, anticipent leurs besoins.

Jusque-là, ce serait donc une relation parfaitement win-win entre l’annonceur et sa cible, mais la situation est plus complexe qu’elle n’y parait... Et ça, pour les 2 protagonistes.

Du point de vue de l’utilisateur final, paradoxalement, ce dernier a une mauvaise perception sur l’utilisation de ses données personnelles et la violation de sa vie privée.

En contrepartie des offres personnalisées, les consommateurs donnent accès à des données personnelles telles que nom, sexe, informations de géolocalisation ou encore fréquence d’utilisation de telle ou telle application. Chaque minute, par exemple, Google enregistre 3,8 millions de requêtes différentes sur son moteur de recherche, et Facebook autant de « likes ».

Pourtant, selon l’agence Publicis ETO, près de 78% des français sont incommodés par le fait que leurs informations soient collectées et enregistrées dans des bases de données. Les individus sont certes souvent prêts à donner des informations, mais ils veulent cependant surtout s’assurer de l’usage qu’en fera l’entreprise.

Du point de vue de l’annonceur, la tranquillité n’est pas de mise non plus.

D’un côté, la confidentialité des données a naturellement mis sur la défensive de nombreuses entreprises. Elles ont d’ailleurs généralement des difficultés à communiquer sur leur politique de protection de la vie privée auprès des utilisateurs.

De l’autre côté, c’est vis-à-vis des fournisseurs de services que l’inquiétude s’installe. L’annonceur ne maitrisant pas toujours les données, ni les outils, doit faire confiance à son partenaire (comme l’éditeur d’application ou le trading desk) qui abuse parfois de la situation. Inscrits dans une démarche marketing web-to-store, il est par exemple impossible pour les annonceurs d’envisager une communication non ciblée géographiquement. Mais ce type de ciblage peut limiter la puissance de la diffusion pour le fournisseur de services qui n’aurait pas un réseau de diffusion suffisamment puissant. Il peut donc arriver que le partenaire diffuse hors de la zone définie pour livrer le volume d'impressions prévu. Pour lutter contre ce type de fraude, un contrat bien ficelé peut protéger l’annonceur, encore faudrait-il qu’il soit au courant de la supercherie…

Proxistore apporte une réponse sans équivoque aux inquiétudes de ces 2 acteurs.

Les utilisateurs finaux peuvent être rassurés car, chez Proxistore, leurs informations personnelles sont utilisées à bon escient et resteront confidentielles. Chez Proxistore, le respect de la vie privée n’est pas qu’une simple norme légale à respecter mais bien une question de « loyauté » envers les clients. Les données ne sont ni enregistrées, ni stockées dans une base de données, ni communiquées à des tiers, en dehors des sites partenaires, avec l’accord de l’utilisateur final (opt-in) et à la seule fin de diffuser de la publicité locale. En effet, seul un cookie de géolocalisation est enregistré sur l’appareil du surfeur, que lui seul décide de garder ou non. Les données géographiques, exploitées à des fins de publicité locale, sont totalement transparentes et accessibles à la fois sur les annonces Proxistore en diffusion et sur la plateforme https://www.proxistore.com/geolocation où l’utilisateur final peut à tout moment consulter, modifier ou effacer sa localisation. Pour plus d’information sur la technologie Proxistore : https://www.proxistore.com/articles/fr/comment-fonctionne-le-systeme-de-geolocalisation-brevete-de-proxistore

De plus, Proxistore est totalement respectueuse du RGPD, la future réglementation européenne sur la protection des données personnelles, qui sera en vigueur dès 2018.

Cette relation de confiance, a également été mise en place par Proxistore auprès de ses partenaires annonceurs. Proxistore propose à ses annonceurs une solution de géolocalisation, 100% légale et respectueuse de la vie privée des surfeurs. Les informations des campagnes sont disponibles au sein d’une plateforme de diffusion de diplays online et locaux. À tout moment, l’annonceur a accès à ses campagnes de manière « live » pour consulter ses statistiques et vérifier ou modifier ses zones de diffusion, ses visuels ou tout autre élément de sa campagne. En se localisant au sein de ses zones de chalandise, l’annonceur pourra également vérifier par lui-même la puissance du système de géolocalisation de Proxistore et la précision de diffusion locale de sa publicité.

Proxistore réussit l’alchimie entre impératifs législatifs et règles de déontologie, facteur indispensable à l’obtention de la confiance des surfeurs et des annonceurs envers sa technologie, au service d’une communication locale toujours plus puissante.

* Résultat communiqué par Quantcast suite à l’étude « La publicité digitale est-elle toujours pertinente ? », commandée auprès de l’institut Brunswick Research, menée auprès de 7.000 individus aux Etats-Unis et en Europe. Sources : http://www.journaldunet.com https://comarketing-news.fr